EXCELLIANCE : POUR FACILITER LE RECRUTEMENT

Rédigé le 10/11/2022
par Patrice Bouillot

Réseau d’agences d’emploi présent à Chalon-sur-Saône, à Dijon, à Mâcon mais aussi à Lyon et à Nancy, Excelliance accompagne les entreprises dans un exercice devenu particulièrement compliqué : le recrutement.

« Le problème aujourd’hui quand on recrute, c’est de trouver des candidats »

Excelliance : pour faciliter le recrutement
« Aujourd’hui, c’est à l’entreprise de se « vendre » aurpès des candidats, ça change tout dans la manière de recruter ! » Karine Chaulet, responsable d’agence Excelliance

Tous les décideurs qui souhaitent embaucher le constatent amèrement : le recrutement est devenu un exercice particulièrement compliqué. La faute… au manque de candidats. Une situation à laquelle le chômage de masse que nous connaissions depuis les années 1980 ne nous avait pas habitués. « Nous avons peu de candidats pour nos offres, et ceux que nous avons ont tendance à être de plus en plus sélectifs, confirme Karine Chaulet, responsable d’agence chez Excelliance, spécialiste de l’emploi au sein du groupe Fimadev dirigé par Pascal Gautheron. Résultat : aujourd’hui, c’est à nous de “vendre” l’entreprise qui recrute au candidat ! »

Un véritable changement de paradigme, qui déboussole plus d’un dirigeant. « Cette situation de pénurie de candidats se rencontre dans tous les secteurs d’activité, complète Sonia Lombard, responsable RH chez Fimadev. Il faut dire que le taux de chômage dans la région est tombé à 7-8 %, et même à 6,4 % dans la métropole dijonnaise. On n’est donc pas loin du plein emploi structurel. » Et contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas seulement les jeunes générations qui « font les difficiles », mais le niveau d’exigence à l’égard de l’emploi et de l’employeur qui a globalement augmenté.

Ce nouveau paradigme du marché de l’emploi fait naître de nouvelles attitudes de la part des recruteurs comme des demandeurs, souligne Karine Chaulet. Il revient désormais aux entreprises de jouer la carte de la séduction, pour attirer des candidats. « Il est essentiel de soigner sa marque employeur ! De soigner son image, son site internet. Être attractif, ce n’est pas seulement installer un babyfoot en salle de convivialité, c’est promouvoir des valeurs, travailler sur l’ambiance au travail, créer un vrai collectif dans l’entreprise. » Faute de quoi les candidats refuseront de venir, ou partiront rapidement s’ils ont tenté l’expérience.

La deuxième conséquence, c’est la nécessité de briser les codes dans les modalités de recrutement. « Il faut désormais recruter hors des critères habituels, sortir des cases. Les soft skills ne sont plus la panacée, il faut regarder les mad skills, des qualités qui n’ont rien à voir avec les compétences professionnelles ni avec le comportement au travail. Ce sera par exemple la passion personnelle d’un candidat, son goût pour le sport, la culture… » Dernière caractéristique de ce monde qui a tant changé : le « ghosting », ou quand un candidat, pourtant a priori intéressé par un poste, disparaît du jour au lendemain sans donner de nouvelles. Inimaginable il y a encore quelques années !

La relation entre recruteur et candidat n’est donc plus la même. Elle implique un changement radical des méthodes de recrutement, de l’accueil en entreprise, du discours porté par l’employeur. « Le recours à un expert comme Excelliance s’avère, dans ces conditions, particulièrement utile, assure Karine Chaulet. Nous accompagnons en effet les entreprises dans l’ensemble de leur démarche de recrutement. Avec cet objectif inédit : il nous faut trouver des candidats ! »

Excelliance : pour faciliter le recrutement
Karine Chaulet et ses collaboratrices devant les locaux d’Excelliance, rue du Château à Dijon

excelliance.fr